MarocDroit  -  موقع العلوم القانونية
plateforme des décideurs juridiques - Platform of Legal Decision-Makers




? L’Algérie ! C’est la faute à qui

     

Par Hicham MOUHACINE
Chercheur en droit
Enseignant vacataire à la FSJES Tanger Abdelmalek SAADI



? L’Algérie ! C’est la faute à qui
Épitaphe

“Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c’est nous qui l’avons tué !” – disait Nietzsche. C’est ainsi que dans un certain pays non loin géographiquement de nous, mais loin de tout et de tous, a perdu son Dieu.
C’est un Etat et non pas un Pays et c’est un Pays et non pas une Nation.
Peut-il exister de telles affirmations ou contradictions au sujet d’un pays ?
L’Algérie est-il concerné par cette problématique ? Ou que seulement certains penseurs et spécialistes analystes juristes et politologues veulent nous faire entendre ?
Faut-il adopter leurs hypothèses ou en concevoir les nôtres pour vérifier la véracité de leurs dires, accusations, ou diffamation du point de vu de chacun ?
Quelle est la relation entre Nietzche le philosophe ou sa fameuse allégation sur la mort de Dieu et l’Algérie ; le pays ?
Comment pourrait-on constater la mort du Dieu de cette communauté ?
Tant d’autres questions nous interpellent, mais seulement en cherchant à être objectifs voire impartiaux, on ne peut échapper aux critiques à l’égard des conditions scientifiques de recherche et d’analyse de tels cas.
Un avis est souvent personnel, mais un constat est une reproduction fidèle de l’image de la chose telle qu’elle est vue est constatée en réalité. Nous aspirons faire de cet article un constat à triple dimension ; philosophique, sociologique et politique.

La crise d’identité ou la crise existentielle de l’Algérie et la citation de Nietzsche
 
Qui suis-je ? Et que suis-je ?

L’Algérie, déjà dans l’embarras depuis 1962, il n’arrive pas à affirmer son existence sur la plan international et des institutions et organisations mondiales ! Est-il nait ou a-t-il été créé et par qui ? A-t-il toujours était là ? Mais donc où peut-on lire son histoire et analyser sa culture !. Sera-t-il éternel au lieu de l’éternel mort et qui fut son DIEU mort et qu’ils ont tué ?
Je voudrais penser « l’Algérie ». Oui ce Pays, à part, qui doit être resitué, repositionné et réfléchi sur tous les plans ; politiques, historiques, culturels, anthropologiques etc…. peut-être pourrait-on l’identifier et répondre à toutes nos questions ! Oui tant de questions se posent et creusent nos neurones.
Au début de son existence, sa foi et sa philosophie existentielle ; à partir de 1962, l’Algérie a d’abord tissé des intrigues et des complots contre lui-même et contre tous les autres. Les révolutionnaires se sont retournés contre eux-mêmes pour spolier la révolution et la résistance aux résistants. Certains dirigeants ont subtilisé l’identité d’autres parmi eux cherchant ainsi une légitimité devant le peuple et la scène internationale. Le mythe du dirigeant guide charismatique et spirituel est né. L’Algérie et son peuple aidé par tous les pays et nations voisins avait besoin de ce maître fondateur du pays, le symbole matérialisé de un million et demi de martyres devenus de nos jours plus de six millions de martyres sinon plus selon certaines déclarations officielles des dirigeants de l’Algérie.
La gouvernance ou la direction de ce pays cosmopolite aux ethnies multiples n’est ni arabe, ni français, ni ottoman ou Turc ou albanais et ni sahraoui ou berbère amazigh. Personne ne s’y reconnait ! C’est un amalgame d’origines et de cultures qui nous rappelle la légende de la créature de Frankenstein. Chaque parte de ce corps qui est l’Algérie est prélevée d’un autre corps.
Personne n’a été d’aide à la révolution Algérienne contre la France. Seule l‘Algérie et ses héros ont chassé la France par leur résistance et leur ténacité. De vrais héros nationaux dont l’âme du guerrier combattant s’est réveillée après 132 années d’existence de l’Algérie française et 300 années de colonisation Ottoman turque des conquérants Romains etc…..
Le referendum français sur l’Algérie était-il français ou algérien ? De même Les "accords d'Évian" signés le 18 mars 1962 par les représentants du gouvernement français et ceux du gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) à l'issue de la seconde conférence d'Évian, n’ont-ils pas abouti à ce que l'Algérie concède, à bail à la France l'utilisation de la base de Mers-el-Kebir pour une période de 15 ans, renouvelable par accord entre les deux pays entre autres concessions ? N’ont-ils pas prévu que l'Algérie concède également à la France l'utilisation de certains aérodromes, terrains, sites et installations militaires qui lui sont nécessaires. Voir même à continuer à effectuer les tests de ses armes nucléaires ?
Est-ce que la France est l’allié maternel de l’Algérie, ou son ennemi juré qu’elle n’oubliera pas de chanter dans son hymne national ?
La France a quitté l’Algérie en 62 mais l’Algérie a gardé la France. Il ne peut pas s’en détacher et la France non plus ne peut s’en débarrasser.
Cette crise d’identité et existentielle de l’Etat d’Alger le poussera à créer ses propres fantômes, ses démons et ses ennemies imaginaires pour dire au monde : je combats, donc j’existe !
Etat fonctionnel, il a accepté d’être le co-fondateur et éternel parrain domiciliataire de la faction séparatiste du POLISARIO juste pour taquiner Feu le Roi Hassan II et s’étendre géographiquement vers l’océan Atlantique ? On en est là depuis un demi-siècle à constater avec amertume le méga-gâchis algérien, pour une idée folle séparatiste moralement et politiquement insoutenable et irréalisable malgré les milliards de dollars investis dans ce projet et une fausse cause perdue d’avance, au détriment du développement du pays.
Pourquoi développer un pays qui n’est pas le nôtre ? Les généraux presque tous naturalisés français, n’ont aucun attachement au pays et à son peuple. N’est-il pas toujours français et guidé par délégation par les généraux d’Alger ? l’O.N.U n’a aucun document attestant l’indépendance de ce pays ?
Pourquoi permettre aux algériens de prospérer et d’avoir droit à une vie digne et jouir de leurs libertés, alors qu’on peut les commander et les discipliner militairement.

« Diviser et conquérir »,

C’est la foi militaire bâtie sur la stratégie d’endoctriner des peuples plus que la recherche de leur bien être absolu, que les dirigeants militaires d’Alger ont toujours choisi. Garder et nourrir le mythe du MARTYRE souffrant et des griefs des complots de tout le monde est leur prétexte d’exister encore à ces jours.
La foi de cet Etat n’étant pas d’être un Etat ou une Nation, nous constaterons, que depuis qu’il est là en 1962, l’Algérie est le seul pays à côté de l’Egypte qui est un Etat-Militaire ou l’Etat de l’Armée où l’ARMEE à son propre pays.
 
Ô Dieu mon Dieu est mort et c’est nous qui l’avons tué !

Au fait, ces généraux, dits d’un jour, possèdent un Etat et non le contraire de tous les Etats ou presque tous. Le cas du fameux général Khaled NAZZAR dit DIEU DE L’ALGERIE, comme il aime se prénommer en est manifestement une preuve de cette prédominance et témoin de la tyrannie de ce régime. L’histoire se souviendra toujours et certainement aussi les familles des victimes de la décennie noire et les tribunaux internationaux auprès desquels des plaintes ont été déposées à l’encontre du régime au pouvoir et son illustre représentant, son Dieu Khaled NEZZAR.

Khaled Nezzar devait être jugé en Suisse en 2024 pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. L'ancien ministre algérien de la Défense Khaled Nezzar aurait dû être jugé en Suisse pour des faits présumés de torture, détentions arbitraires et assassinats entre 1992 et 1994 devant le tribunal pénal fédéral suisse.

L’histoire mentionnera que Khaled NEZZAR avec ses associés et co-auteurs, Généreux algériens, est l’ingénieur de l’assassinat de plus de 250.000 citoyens de son pays. Tous algériens, ils seront tués pour la cause nationale, celle de la pérennité de l’Etat-Militaire au prix d’un choix électorale démocratique pour un parti politique civil que la majorité avait élu. La démocratie est le choix de la majorité électorale sauf si cette majorité ne plait pas à la minorité au pouvoir elle devient une dictature oligarchique qui s’approprie toutes les richesses légales et illicites (pétrole, gaz naturel, trafic de cocaïne, trafic de drogues, d’armes de guerre, etc….)
Durant les années 90, Dieu de l’Algérie est né des cendres d’un peuple algérien meurtri et exilé de force, d’un peuple algérien dont la liberté offerte par suffrage français fut violée et spoliée par BOUKHARROUBA et ses compères.
L’Algérie fait naitre alors de son sang coulé un Dieu mort, mort de conscience de patriotisme de compassion et d’intégrité et qui ne peut enfanter que la MORT. Le choix du complot et de l’Etat visé par des complots de toute part sera la nouvelle raison d’être inculquée aux nouvelles générations aux plus jeunes. Ainsi, les vieux continueront à gouverner et seront tous dits martyres vivant créant leurs propres concepts de vie et de mort.
La conscience et l’existence de l’Etat politique dépendront entièrement de cette philosophie. Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme pour la cause des généraux. Si l’Algérie opte pour l’Etat de droit, il sera une menace à la perpétuité et à la pérennité de l’Etat-Militaire. C’est impensable par les généraux tout simplement.
Le peuple, dominé, maté et surtout soumis aux généraux, est endoctriné à la foi militaire inculquée dans son esprit dès la naissance. Là-bas, tout se produit dès la naissance. Dieu de l’Algérie le veut ainsi et ainsi soit-il ! Soyons tous algériens martyres vivants, nous sommes tous contre la France qui a fait des millions de martyres, nous sommes tous français, et Israël nous menace depuis le pays voisin car on est les seuls au monde du côté de la Palestine et pour sa cause.
De conflit en conflit, d’une répression à une autre, ni l’économie libérale du pays saura s’installer, ni la jeunesse pourra grandir libre et intellectuellement émancipée e dans la nouvelle Algérie. Le peuple formé d’Hommes, ne sera qu’une masse à gérer et à diriger au bâton et à la carotte disait l’autre. C’est alors que les usines clés en main et les avantages octroyés par la France, la Russie, l’Espagne, l’UMA, les pays voisins ne sauront faire de ce pays un Etat et une nation, politiquement parlons.
Le seul algérien pouvant penser autrement que les généraux, le fera outre-mer loin de sa terre natale, loin de son village loin de ses parents et donc loin de toute l’histoire qu’il n’a jamais eue et qu’il n’aura guère dans l’exil et la solitude confronté à ses pensées, ses rêves et regrets pour ce pays crée et taillé pour des RANGERS et non des Hommes.
Si l'idée de l'œuvre de Sun Tzu est que l'objectif de la guerre est de contraindre l'ennemi à abandonner la lutte, y compris sans combat, grâce à la ruse, l'espionnage et une grande mobilité, de s'adapter à la stratégie de l'adversaire, pour s'assurer la victoire à moindre coût, La foi militaire algérienne est tissée autour d’un ennemi imaginaire celui que voit et entend, le paranoïaque, qui pense que la Terre entière lui en veut ou imagine qu'il y a un complot contre lui. L'ennemi imaginaire, tout ce qui est contre l’idée du « polisario » et le séparatisme.

La théorie du complot ne sera pas dépassée par l’Algérie et ses voisins seront victimes ou sujets à ses extravagances et excès de zèles. Pourquoi pas puisqu’il y a les dollars du pétrole et du gaz naturel à bruler. Toute la richesse des algériens sera ainsi incinérée comme si l’on se débarrassait d’une dépouille morte pour cacher son crime et camoufler son odeur et effacer les traces de son meurtre. La victime est le peuple algérien qui vit une quasi-famine privé de tous ses droits, privé de nourriture. Ni lait, ni semoule, ni légumes, ni fruits, ni huiles, ni eaux, ni électricité ; ni diplomatie…..c’est devenu le pays des « un million et demi de NI » dans tous les domaines possibles.

Prétendre la guerre, rêver de la guerre, préparer le peuple de force à croire en une guerre et pour faire face à une menace éminente des voisins d’à côté, est le seul souci du Dieu de l’Algérie.

Dieu mourra comme il est nait mort. Sa volonté ne sera pas éternelle car le monde a changé, le monde a compris, le monde entend les souffrances des minorités, pourtant ces dites minorités sont majoritaires et ancestrales plus vielle que la nouvelle Algérie elle-même « LA KABILIE et les AZAOUADES ETC » sur le plan anthropologiques et culturel avec leur histoire et les vestiges de leur cultures et totems ont toujours étaient là sur leurs terres accompagnants ces peules.

La nouvelle Algérie d’aujourd’hui, comme ils aiment dire, ne peut pas trouver la rédemption ni  le salut éternel dans le sacrifice de son Dieu NEZZAR pour purger les pêchés des 300 généraux qu’ils sont, pêcheurs et traitres de leur propre pays offert gracieusement par une France détentrice d’un droit de propriété de la terre qu’elle a bien acquise légalement par contrat explicite et légal des OTTOMANS. La France avant de partir de l’Algérie-Française, elle a étendu au-delà de son droit les frontières de ce nouveau pays. La France pour les Généraux algériens est une affaire de famille, de pêché charnel, d’amour interdit, c’est la maman qu’on aime et c’est la maman qui nous a abandonné à la naissance après 132 années d’attachement et de liens. La France qu’on aime et qu’on déteste. Les fragments d’un amour maternel, de désire maternel, du complexe de la maman.

Pourtant, la France comme tout pays impérialiste de son époque n’a fait que ce qu’elle croyait permis. Elle s’est appropriée des terres et leurs richesses, des tribus et des villages ainsi que leurs occupants et a colonisé des Etats structuré mais plus faibles militairement. Lui en vouloir encore et le chanter dans son hymne national est la perversion politique elle-même d’un Etat schizophrène conduit par des handicapés mentaux. Cela pourrait être l’avis d’un psychanalyste sociologue ou un spécialiste à qui l’on soumettrait le cas des dirigeants de l’Algérie et leur doctrine démagogique.

Paradoxalement, l’Algérie ne connait du monde que la France qui l’a faite ainsi grande et vaste mais sans cervelle. Une Algérie attardée.

La France
 

Liberté, Egalité et Fraternité

La République française doit à notre avis assumer ses responsabilités vis-à-vis de sa fille l’Algérie. Incontestablement, l’Algérie n’a pas eu son indépendance et que cela est une preuve de son inexistence avant sa création en 1962 par la France De Gaullienne, par la volonté exprimé en suffrage du peuple français et algérien par la suite et malgré le refus d’une faction importante d’algériens attachés à la France ? La France n’a jamais colonisé Alger mais plus tôt l’a-t-elle acquise contre contrat de vente. La France a manifestement acheté ALGER.
La France n’est-elle pas donc responsable de toutes ces folies et d’une grande part de tous les meurtres commis par les généraux de l’Algérie ? N’a-t-elle pas livré un espace géographique étiré, en prélevant des terres de la Libye, de la dynastie chérifienne Alaoui du Maghzen, de la Tunisie, des Azaouades, des Kabiles, du Mali et de la Mauritanie, aux mains d’une faction de Généraux corrompus et assoiffés de sang pour la diriger ? N’est-il pas vrai que tout ce qui est basé sur le faux et un faux ?
La France doit avoir le courage d’un ancien empire et d’un ancien Royaume et d’une vieille république de Droit, de reconnaitre ses responsabilités politiques, historiques, géographiques et sociologiques pour réparer les dommages causés à autrui et au peuple algérien par sa création. La théorie de droit qui enseigne la responsabilité du commettant du fait de ses préposés est une réalité à laquelle la France doit se soumettre et donc réparer préjudice et rétablir les choses à leur état initial.
La France le sait, l’histoire l’a toujours inscrit, le monde entier le sait, et donc la France ne peut plus réanimer un Dieu mort, nait mort et que ses Généraux algériens ont tué évitant ainsi le procès du siècle, celui de son Dieu. La France peut libérer pour de bon le peuple algérien sujet à un Kidnapping de plus de 50 ans par ses Généraux et permettre aux intellectuels modérés et tolérants de négocier leur Etat civil et de délimiter leurs propres frontières et de se doter d’une constitution et d’un Droit.
Le malheur de la France en Afrique, n’est-il pas dû aux Généraux d’Alger ? Mauvais Karma pour la France ces derniers temps.

Conclusion

Nul article ni expression ne sauront refléter la réalité et toute la réalité de la faute grave et délictuelle de la France envers l’Afrique, le Monde et l’Humanité depuis 1962 en faisant d’un village portuaire un Etat. La faute que tous les français continuent à payer de nos jours (culture, société, travail, art, politique……)
De tout ce qui précède, on ne fait que constater l’état des lieux, de photographier une réalité, la reproduire dans nos propres mots et peu importe la réaction militaire d’un (Etat) Algérien meurtri et sans Dieu symbole de sa fin, au bout de ses limites politiques. C’est à notre humble avis le signe de l’émergence d’une vrai Etat d’Algérie d’hommes et de femmes civils aux choix réfléchis.
L’Algérie commence à voir sa vraie face dans le miroir africain et mondial ; chez le Maroc, le Mali, le Nigéria, l’Espagne, l’Italie ; l’Arabie Saoudit, les Emirats Arabes Unis, l’Egypte etc…….
La France doit réparer préjudice causé aux victimes de cet (Etat) Algérie.
Liberté, fraternité et égalité.



الاثنين 4 مارس 2024

عناوين أخرى
< >

السبت 22 يونيو 2024 - 21:59 La responsabilité administrative pour risque



1.أرسلت من قبل Abderrahman Al Andaloussi في 14/03/2024 14:27
Très bon article, reflexion de haut niveau.
Bravo cher professeur, je vous salue.

تعليق جديد
Twitter