MarocDroit  -  موقع العلوم القانونية
plateforme des décideurs juridiques - Platform of Legal Decision-Makers





Les consulats du Maroc ont récemment levé l’obligation de l’autorisation paternelle pour l’obtention ou le renouvellement des passeports des enfants

     



Les prémices d’une révolution pour les droits de la femme s’annonce au Maroc. Un pas de géant a été établi. Les consulats du Maroc à New York et Madrid ont récemment levé l’obligation de l’autorisation paternelle pour l’obtention ou le renouvellement des passeports des enfants. Cette décision historique, annoncée jeudi dernier au niveau de leurs ressorts respectifs, offre aux mères une autonomie inédite dans ces démarches administratives cruciales.

Après des années de lutte et de combats acharnés, les associations féministes défendant les droits de la femme et des enfants sont enfin soulagées. Cette mesure audacieuse découle d’une circulaire émanant du ministère de l’Intérieur marocain, qui s’étend également à l’ensemble du territoire national, signifiant ainsi une réforme profonde dans les pratiques bureaucratiques du pays. Selon les informations révélées par la presse locale, cette révolution ambitionne à simplifier les procédures administratives, notamment dans le domaine de l’identification et des documents de voyage, offrant ainsi une bouffée d’air frais pour les familles marocaines résidant à l’étranger.

Le consulat du Maroc à New York a qualifié cette mesure de « pas significatif vers la modernisation des services consulaires », tandis que son homologue de Madrid a souligné qu’elle est en parfaite harmonie avec une directive récente du ministère de l’Intérieur marocain. Cette mesure informe explicitement les autorités locales qu’il n’est « désormais plus nécessaire pour la mère d’obtenir l’autorisation du père pour les démarches relatives aux passeports de ses enfants mineurs ».


Toutefois, pour toute règle, il y a une exception.  Cette mesure ne s’applique pas en cas de jugement contraire. Les deux consulats ont insisté sur ce point, indiquant ainsi leur respect absolu des décisions judiciaires.

Désormais, les mères marocaines auront le droit de demander et de renouveler les passeports de leurs enfants mineurs sans nécessiter l’autorisation préalable du père. En dépit de cette avancée majeure, une confusion s’installe, notamment en ce qui concerne les instructions publiées sur le site passeport.ma, qui continuent à mentionner l’accord préalable du représentant légal comme condition essentielle pour l’octroi du passeport. Cet apparent dilemme pourrait susciter des interrogations quant à l’instauration pratique de cette nouvelle mesure, nécessitant peut-être une clarification supplémentaire des autorités compétentes.

Au-delà d’une simple réforme visant la facilitation des mesures administratives, cette étape revêt une importance cruciale en raison de son implication directe sur le bien-être de l’enfant. En effet, elle est conçue pour prioriser l’intérêt de ces mineurs, en prenant en considération diverses facettes de sa vie. La délivrance ou le renouvellement du passeport sans pour autant avoir l’autorisation paternelle facilite la régularisation de son séjour dans le pays d’accueil. Cela lui permet non seulement de jouir de ses droits légaux mais également d’accéder à certaines prestations essentielles pour son épanouissement. Ainsi, cette procédure s’inscrit dans une démarche plus inclusive visant à assurer la stabilité et le bien-être de l’enfant dans son environnement social, culturel et juridique.

En conclusion, à l’ère d’une réforme de la Moudouwanna, cette initiative marque un tournant dans les relations administratives entre les parents et les autorités consulaires marocaines. Pas que, elle témoigne d’une volonté d’adaptation aux besoins des familles et d’une modernisation des pratiques sociétales. Vers de nouvelles réformes inspirant égalité, équité et justice ?

hespress FR
 



الجمعة 15 مارس 2024

تعليق جديد
Twitter