Maroc Droit
MarocDroit  -  موقع العلوم القانونية



Un fonds d'investissement foncier pour accompagner le Plan Emergence


     

Le fonds dénommé Foncière Emergence a bouclé un premier closing qui lui a permis de collecter 1,05 milliard de DH. Sa vocation est de construire et louer des locaux industriels. La priorité est donnée aux plateformes industrielles intégrées. Les gérants tablent sur un rendement courant de plus de 10%.





C’est certainement une initiative qui va booster le Plan Emergence. La Banque centrale populaire, Attijariwafa bank et BMCE Bank qui avaient signé la «Convention cadre pour le développement d’une offre de financement pour les investisseurs dans les métiers mondiaux du Maroc», ont créé la société Foncière Emergence. Première société du genre au Maroc, la Foncière Emergence «a pour vocation d’être propriétaire bailleur d’actifs immobiliers industriels, logistiques et accessoirement d’actifs de bureaux», explique Choukri Oimdina, président de la société. L’objectif est de financer les besoins immobiliers des utilisateurs nationaux et internationaux dans les plateformes industrielles intégrées (P2I). L’offre ne se limite pas aux projets en création, mais également à «l’existant pour ceux qui veulent externaliser leurs actifs immobiliers et les relouer par la suite», ajoute M. Oimdina.
Une première clôture de souscription de fonds a déjà permis de collecter 1,05 milliard de DH pour un objectif final d’investissement de 2,1 milliards en intégrant les capacités d’endettement de la société.
Pour l’heure, ladite société a été souscrite à parts égales entre les trois banques. Mais le tour de table devrait bientôt être étoffé par d’autres investisseurs institutionnels. Selon M. Oimdina, qui ne souhaite pas donner de détails pour le moment, les formalités sont en cours de finalisation pour l’intégration de trois compagnies d’assurances et deux caisses de retraite.
La liste pourrait s’allonger dans les mois qui viennent parce que la formule est attractive pour des institutionnels disposés à placer de l’argent sur un moyen et long terme. D’abord, elle permet de dégager des bénéfices intéressants. Le responsable de Foncière Emergence table ainsi sur un taux de rendement courant net des fonds investis qui dépasse 10%. «Ces dividendes devraient être servis à partir de la sixième année d’investissement», estime M. Oimdina. Ensuite, du fait que l’expérience est nouvelle et donc le champ vierge. «Les 16 P2I à venir offrent un potentiel de croissance important pour cette nouvelle activité, puisque les besoins prévisionnels dépassent les 100 milliards de DH», estime le président de la Foncière Emergence.

Le fonds examine trois dossiers de près de 300 MDH

A cela s’ajoutent certaines garanties offertes par le montage même de cette société d’investissement. En fait, la société Foncière Emergence est tenue de détenir au minimum 60% de son portefeuille en actifs situés dans les nouvelles zones industrielles. Cela a, en fait, deux avantages. Le premier est que les prix de vente des terrains dans les P2I sont plafonnés pour éviter justement les mouvements de spéculation qui ont été à l’origine, entre autres, du fiasco des zones industrielles ancienne génération. Le deuxième est que ce fonds est un placement relativement moins risqué que le marché boursier. Ce qui explique d’ailleurs que cinq opérateurs de cette catégorie d’investisseurs étaient les premiers à se bousculer au portillon.
Il faut dire que le concept de cette société d’investissement est adapté par ailleurs à la conjoncture actuelle. Les investisseurs ont tendance à externaliser la partie relative à l’immobilier aussi bien pour trouver de quoi alimenter davantage leurs besoins en fonds de roulement que pour déconsolider cet actif de leur bilan. L’offre de la Foncière Emergence offre cet avantage de flexibilité recherché par les industriels. Ainsi, au lieu d’investir dans l’achat des locaux de production, ou même de leurs sièges, les entreprises auront la possibilité de les louer auprès de la société pour se consacrer ainsi exclusivement sur leur vocation, à savoir la production. La durée de location est généralement fixée à dix ans, renouvelables, bien entendu. Face aux risques de désistement, la Foncière Emergence exige avant la signature d’un contrat «des comptes de réserve et des cautions», précise M. Oimdina.
Aujourd’hui, la société examine déjà trois dossiers présentés par des groupes étrangers sur les plateformes industrielles intégrées de Tanger et Kénitra. Les demandes portent sur des actifs d’une valeur moyenne de 100 MDH chacun dont l’une porte sur un projet d’extension des installations d’un fournisseur de Renault (Tanger Med). Et le reste est à l’avenant. Le seul hic est que l’offre potentielle est limitée à 15 voire 20 actifs d’une valeur de 75 MDH à 150 MDH. A moins que le succès de la formule incite la société à renforcer ses fonds et, par conséquent, à étendre son offre. D’ailleurs, ses responsables n’écartent pas l’idée de recourir à la Bourse d’ici quelques années.


Un fonds d'investissement foncier pour accompagner le Plan Emergence

La Vie éco


الجمعة 20 ماي 2011


تعليق جديد
Twitter