MarocDroit  -  موقع العلوم القانونية
plateforme des décideurs juridiques - Platform of Legal Decision-Makers




PCNS: Rapport annuel sur la géopolitique de l’Afrique 2024

     

Policy Center for the New South
Sous la direction de Abdelhak Bassou
June 10, 2024



raga_2024_preview_.pdf RAGA 2024 Preview .pdf  (5.43 ميغا)

D’édition en édition, le Rapport annuel de la Géopolitique de l’Afrique du Policy Center for the New South s’affirme en tant que référence pour le suivi et la compréhension des dynamiques du continent. Cette septième édition présente une Afrique montrant des motifs de satisfaction, dans certains domaines, et des raisons de préoccupation, dans d’autres.

L'année 2023 a été marquée par des avancées notables, comme la tenue d'élections démocratiques réussies dans plusieurs pays. Cependant, ces progrès sont fragilisés par des crises persistantes et des reculs démocratiques dans d'autres régions.

Les transitions politiques illustrent parfaitement ce contraste. Si certains pays ont connu des transitions pacifiques et fluides, d'autres ont été secouées par des instabilités post-électorales, des annulations de scrutins, voire des coups d'État.

L’observation des douze élections programmées en Afrique durant cette année donne à la fois raison aux plus confiants, qui n'ont de regard que pour les huit scrutins réussis, mais également aux plus alarmistes qui s’arrêtent sur le report ou l’annulation des quatre autres opérations électorales. Les situations post-électorales restent en général inscrites dans le même paysage mitigé. À la fluidité des transitions dans certains pays (Ghana, Libéria et Zimbabwe), répondent des complications qui vont des instabilités (Kenya, Sierra Leon et Nigeria), aux annulations ou reports (Soudan, Sud-Soudan, Mali et Burkina Faso), sans oublier les coups d’État comme au Gabon et au Niger.

Les dynamiques régionales complexes confirment la volatilité des situations géopolitiques :

- à peine annoncée la tenue d’élections pour mettre fin à la crise libyenne, les tensions se sont intensifiées entre factions rivales, mettant fin à tout optimisme quant à une possible issue ;

- les accords signés entre le gouvernement de la république démocratique du Congo et les factions armées pour ramener la paix dans ce pays n’ont pas résisté aux ambitions des uns et des autres et aux interventions des acteurs régionaux. Les tentatives de résolution du conflit congolais ont été vite avortées ;

- dans le domaine de l’intégration en Afrique, 2023 n’échappe pas aux contradictions africaines. À l’effort que déploient les pays du Liptako Gourma pour s’allier et créer une confédération à trois entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, ces mêmes pays annoncent leur retrait de la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) ; faut-il saluer la volonté de s’allier ou déplorer le désir de quitter la communauté mère ?

Ce ne sont là que des exemples pour souligner les contrastes que présente l’image géopolitique africaine. Image que confirment les différentes analyses du Rapport.

Au fil des chapitres, le Rapport présente non seulement des thématiques multiples et diversifiées, mais également des points de vue et des angles d’attaque différents. Des transitions politiques aux crises et conflits persistants en passant par les dynamiques socio-culturelles régionales complexes, les auteurs dépeignent l’Afrique telle qu’elle est, avant de la penser telle qu’elle devrait être ou comment ils souhaiteraient la voir. Les visions et les analyses sont parfois descriptives pour présenter des situations africaines telles que perçues par des Africains ; elles sont parfois analytiques pour expliquer les cheminements de certaines affaires africaines et, d’autres fois, prospectives pour explorer le futur des ambitions du continent. Le tout rend compte des dynamiques continentales et régionales qui continuent d'émerger et d’alimenter la géopolitique de l’Afrique.

Les événements et tendances qui ont façonné le paysage géopolitique de l'Afrique en 2023 sont saisis pour mettre en évidence les défis persistants auxquels est confronté le continent ainsi que les opportunités qu’il doit saisir pour relever ses défis. Le diagnostic se penche parfois sur des thématiques telles que la gouvernance ou le fait ethnique et d’autres fois sur des espaces géopolitiques qui constituent les foyers de tensions les plus saillants dans la géopolitique du continent tels que le Sahel, la Corne de l’Afrique, ou le Golfe de Guinée. L’articulation et la structure du rapport s’inscrivent dans un double registre, à la fois géographique et thématique offrant au lecteur une double clé d’entrée.

Les différentes analyses du Rapport ne constituent pas une simple introspection géopolitique africaine. Si les auteurs et les sujets sont africains, les visions se placent dans la perspective mondiale avec laquelle l’Afrique interagit. Un simple regard sur les quatre dernières éditions montre les interférences entre les conjonctures mondiales et la géopolitique africaine :

- les quatrième et cinquième éditions (2021) avaient été marquées par la pandémie de la Covid-19 ;

- les analyses de la sixième édition n’ont pas pu faire l’économie de l’impact de la guerre en Ukraine sur le continent africain ;

- dans le même sillage, la présente édition voit ses analyses directement ou indirectement influencées par la guerre au Moyen-Orient.

Ces événements qui façonnent le cadre de la géopolitique mondiale, ne manquent pas d’impacter la géopolitique africaine. La stratégie russe au Sahel n’est pas isolée de la guerre en Ukraine, tout comme les retombées du conflit au Moyen-Orient sur les pays africains, notamment ceux bordant la mer Rouge, ne sont plus à démontrer.

Les innovations introduites dans les dernières éditions, entre autres l’inclusion des fiches-pays, la consécration d’un chapitre au débat africain et certaines autres données évènementielles ont été maintenues dans la présente édition, voire améliorées pour certaines d’entre elles. Si ces ajouts permettent aux lecteurs et chercheurs d’accéder facilement à certaines informations, ils permettent d’étayer certaines conclusions de nos auteurs.

Il convient également de souligner que la septième édition, fidèle à une tradition désormais établie, consacre la prise de parole par les Africaines et les Africains pour construire, autour de leur continent, un narratif nouveau, authentique et constructif. Ils sont 22 Africaines et Africains appartenant à 12 différents pays qui ont rassemblé leurs efforts pour produire cette nouvelle édition du Rapport.

 

 

Karim El Aynaoui 
Abdelhak Bassou

PCNS: Rapport annuel sur la géopolitique de l’Afrique 2024

policy center




الثلاثاء 11 يونيو 2024

تعليق جديد
Twitter