Maroc Droit
MarocDroit  -  موقع العلوم القانونية



Les politiques économiques : Conjoncturelles ou structurelles ? Sont-elles encore possible ?


     


SALMA ADNANI

Master 2 "finance et contrôle de gestion" Université d'Orléans
Diplome de la 5 éme année option "Comptabilité-Audit



Les politiques économiques : Conjoncturelles ou structurelles ? Sont-elles encore possible ?

 
L’intensité et la fréquence de déséquilibre dans le système capitaliste qui se manifeste essentiellement par le chômage et l’inflation ont démontré l’insuffisance et même l’inexistence de mécanisme autorégulateur et la nécessité de l’intervention économique de l’Etat, l’ensemble des décisions prises par cette dernière pour corriger ces déséquilibres constitue la politique économique c'est-à-dire que l’Etat fixe des objectifs qui juge prioritaires et mobilise des instruments pour atteindre ses objectifs.

La politique économique vise à réaliser un certain nombre de buts et d’objectifs sociaux et économiques parmi lesquels on trouve la croissance et l’augmentation du niveau de vie, la stabilité des prix, l’équilibre des échanges et des paiements extérieurs…etc.

En mettant la lumière sur ces objectifs, on trouve que certains sont privilégiés au risque d’en sacrifier d’autres.
Poursuivant notre analyse des objectifs, on constate que les pouvoirs publics mettent en œuvre des politiques économiques dont les effets peuvent être rapides. A cette considération, nous allons distinguer deux types de politiques économiques : les politiques conjoncturelles et les politiques structurelles.

  • Politiques économiques conjoncturelles :
Il s’agit notamment de l’ensemble des mesures entamées par les pouvoirs public visant à régulariser l’évolution globale de l’économie, en agissant sur les grands équilibres économiques à savoir : la stabilité des prix, l’emploi ou bien l’équilibre extérieur.
Les politiques conjoncturelles ont toujours un objectif : agir sur l'activité économique dans un sens jugé souhaitable par les pouvoirs publics. C'est en fonction de l'objectif recherché que l'on distingue politique de rigueur ou d'austérité et politique de relance.
Les politiques conjoncturelles sont mises en place après une analyse de la situation économique du pays : pour agir sur l'activité économique, il faut bien s'être demandé quelle était l'origine de cette situation, c'est-à-dire l'interpréter.
C'est pourquoi l'on peut dire que certaines politiques conjoncturelles  sont d'inspiration libérale (exemple, lutter contre le chômage en réduisant le salaire minimum, ce qui signifie que l'on pense que le chômage est dû à un coût du travail trop élevé, analyse libérale du chômage), que d'autres sont d'inspiration keynésienne (exemple : lutter contre le chômage en augmentant le SMIC, ce qui signifie qu'on pense que le chômage est dû à une insuffisance de la demande effective, analyse keynésienne du chômage).
Exemples de mesures relevant d'une politique de relance : hausse sensible du SMIC, hausse du traitement des fonctionnaires, hausse du montant des allocations familiales, etc. dans l'objectif de relancer la demande, en espérant que cela limitera la hausse du chômage.
Exemples de mesures relevant d'une politique de rigueur : hausse des taux d'intérêt, diminution des dépenses publiques, hausse des impôts et/ou des cotisations sociales. L'objectif est de freiner la demande et de freiner la création monétaire de manière à limiter l'inflation et à restaurer l'équilibre extérieur.
Cependant les politiques conjoncturelles n'ont pas que des effets à court terme : les mesures conjoncturelles ont souvent aussi une action sur les structures économiques et sociales, et il est parfois bien difficile de distinguer les deux aspects.
Pour mesurer les politiques conjoncturelles, on peut suivre l’évolution du solde budgétaire ou les taux d’intérêt sur les marchés financiers.
 
Ici, selon Foucher, on distingue entre deux politiques conjoncturelles : les politiques de stabilisation qui visent à lutter contre l’inflation en modérant la croissance de la demande.
Les politiques contra-cyclique qui tentent de compenser par des mesures les variables dites cycliques de l’activité économique.
 
  • Politiques économiques structurelles :
 
Elles agissent  sur les structures de l’économie et interviennent souvent sur un ou plusieurs secteurs d’activité comme l’agriculture, l’industrie, ou bien le commerce extérieur…etc. Généralement les politique structurelles interviennent à travers : la nationalisation ou la privatisation, la réglementation de l’environnement, la politique de l’emploi, la politique territoriale, la politique de lutte contre l’inflation, entre autres.
Elles sont l’ensemble des actions mises en œuvre par les pouvoirs publics pour transformer le système économique afin d’en améliorer le fonctionnement. Elles visent à assurer durablement la croissance et la compétitivité de l’économie nationale. Elles s’inscrivent dans le moyen et le long terme. Elles peuvent viser à soutenir un secteur en adoptant une tactique défensive ou encourager la recherche et l’innovation à travers une tactique offensive. Mais quelle que soit la méthodologie adoptée, les institutions publiques essaient à travers une telle politique de consolider et d’améliorer la croissance économique de la nation.
Cependant, pour mettre en œuvre les politiques économiques, les pouvoirs publics doivent faire un recours à divers moyens et instruments qui se caractérisent par une cohérence entre eux et avec les objectifs de ces politiques.    

الجمعة 15 فبراير 2013


عناوين أخرى
< >

الاثنين 16 يوليوز 2018 - 12:35 Le mensonge en droit pénal des affaires


تعليق جديد
Twitter



Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube
Newsletter