MarocDroit  -  موقع العلوم القانونية
plateforme des décideurs juridiques - Platform of Legal Decision-Makers




La Banque mondiale et le Maroc : bilan d'étape de plusieurs années de collaboration

     

Badr Mandri
Economiste – Policy Center for the New South (PCNS)



La Banque mondiale et le Maroc : bilan d'étape de plusieurs années de collaboration
Au cours des 15 dernières années, le Maroc et la Banque mondiale ont travaillé de concert pour promouvoir le développement économique et social du pays. Cette période a été marquée par un engagement continu du Maroc à mettre en œuvre des réformes structurelles et à amorcer une transition vers un nouveau modèle de développement.

En réponse à ces priorités nationales, la Banque mondiale a adapté son assistance financière et technique et a axé sa stratégie sur trois domaines, le développement du secteur privé, le capital humain et le développement durable. Avec un investissement d’environ 16 milliards de dollars entre 2011 et 2024, la Banque mondiale a consolidé sa position en tant que principal partenaire de développement du Maroc.

Des collaborations essentielles pour un impact concret
En 2010, le Maroc occupait le 128è rang sur les 180 pays du classement Doing Business de la Banque mondiale. Cette mauvaise place a accéléré l’action du gouvernement pour améliorer sa position et enclencher une réforme plus large du climat des affaires.


Pour accompagner cette volonté, la Banque mondiale s’est associée au Comité National de l’Environnement des Affaires (CNEA) pour mettre en œuvre des réformes spécifiques, telles que la simplification des procédures de création d’entreprises et la suppression du capital minimum requis. pour une société à responsabilité limitée, désormais fixée à zéro.

De plus, des initiatives ont été lancées pour élargir l’accès au financement en éliminant les obstacles à l’obtention de crédit et en étendant le réseau bancaire aux régions les moins développées. Cette collaboration a conduit à une significative du classement du Maroc, passant à la 53 ème place en 2020, illustrant ainsi un exemple de collaboration réussie entre la Banque mondiale et le gouvernement marocain.

La collaboration entre la Banque mondiale et le Maroc s’étend à divers secteurs, notamment celui du capital humain, avec, entre autres objectifs, la modernisation du système de protection sociale. La Banque mondiale a joué un rôle prépondérant aux côtés du ministère de l’Intérieur dans la conception et la mise en œuvre des mécanismes de ciblage des transferts aux ménages. Cette collaboration technique a conduit à l’établissement du Registre national de la population et du Registre social unifié, jetant ainsi les bases d’une réforme plus globale du système de protection sociale initiée par le pays à partir de 2020.

Dans le domaine du développement durable, des prises ont été prises, entre autres, pour renforcer la résilience du pays face aux risques climatiques, avec un accent particulier mis sur la prévention des catastrophes. Cette collaboration s’étend également à une gestion plus efficace des ressources naturelles, comprenant des initiatives visant à améliorer l’utilisation de l’eau et à réduire la production de déchets solides.

Ces champs de collaboration ayant besoin d’être  »boostés »
Les multiples champs d’action communes entre la Banque mondiale et le Maroc n’ont pas toujours les objectifs escomptés. Sur le secteur privé, par exemple, et malgré la volonté partagée de renforcer la concurrence et de promouvoir des pratiques commerciales équitables, des obstacles persistants entravent toujours le développement des TPE/PME et freinent leur capacité à contribuer pleinement à la croissance économique et à la création d’emplois.

Selon le diagnostic de la Banque mondiale, en dépit des différentes mesures prises en leur faveur pour faciliter leur accès au financement, réduire les délais de paiement, ou améliorer leur gouvernance, ces entreprises évoluent dans un environnement fiscal contraignant et font face à des avantages distorsionnaires qui distingue plutôt les entreprises publiques.

De même, la Banque mondiale admet que son soutien au gouvernement a eu un impact limité sur l’employabilité des jeunes et la participation des femmes à la population active. Les efforts de collaboration étaient insuffisants et fragmentés et le fossé entre les aspirations et les réalisations faisait ressortir l’importance d’approfondir le dialogue et d’impliquer un plus large éventail d’acteurs dans ce genre de questions transversales.

Plus généralement, l’une des limites identifiées de cette coordination réside dans les difficultés de collaboration entre l’institution internationale et les différentes agences gouvernementales, centrales ou locales. Ceci a engendré, selon la Banque mondiale, des incohérences dans les réformes multisectorielles complexes, ainsi que des difficultés à les concrétiser.

Un partenariat basé sur la confiance et l’échange d’expertise
Au-delà de la nature et de la qualité des résultats de ce partenariat pour le développement, la collaboration entre le Maroc et la Banque mondiale a toujours et continue à être ancrée sur trois piliers fondamentaux. Tout d’abord, le dialogue ouvert et constructif permettant un échange d’expertise et de perspectives entre les deux parties. Un exemple concret de cette approche réside dans le Mémorandum Économique du Pays élaboré en 2017 par la Banque mondiale. Ce document a joué un rôle crucial dans l’initiation d’un débat national approfondi sur le nouveau modèle de développement du Maroc.

La relation entre le Maroc et la Banque mondiale s’est également caractérisée par une confiance mutuelle et un apprentissage réciproque. La Banque mondiale reconnaît et valorise les expériences et les connaissances du Maroc, qui enrichissent sa propre réflexion en matière de développement. Cette dynamique permet un échange fructueux d’expertise et de meilleures pratiques, contribuant à l’amélioration des interventions de la Banque mondiale dans d’autres pays.

Enfin, le respect de la souveraineté et des priorités du Maroc a été une constante. La Banque mondiale s’est engagée à respecter les choix du Maroc et à aligner son soutien sur ses priorités nationales de développement. Le Nouveau Modèle de Développement du Maroc constitue la feuille de route pour la collaboration future, garantissant une vision commune et partagée entre les deux parties.

 



الاثنين 18 مارس 2024

تعليق جديد
Twitter